Les dernières actus de l’art

Des actualités concernant le monde de l’art ont fait les grands titres de la presse ces derniers jours. Petit aperçu pour tous ceux qui seraient passés à côtés de ces nouvelles croustillantes, faute de surcharge de travail ou de visionnage intensif de films au FIFF.

La fresque disparue de la Bataille d’Anghiari de De Vinci

Rubens, La Bataille d'Anghiari, d'après Léonard de Vinci, vers 1600-1608

Cette fresque, peinte en 1505 et dont il ne reste que des copies, se cacherait en fait sous une autre fresque, la Bataille de Marciano, de Giorgio Vasari (1563), au Palazzo Vecchio à Florence. C’est en tout cas ce que le professeur Ceracini (Université de San Diego, Californie) entouré d’une équipe de chercheurs avance. La déclaration fait grand bruit, avec des enjeux qui dépassent le domaine de l’histoire de l’art. Pour en savoir plus, un article du journal Le Monde. Le site internet du National Geographic regorge également de nombreuses informations.

La Joconde du Prado

Le tableau appartient au Prado depuis la fondation de ce dernier en 1819.

Après une restauration qui a permis de découvrir un paysage qui était caché par un fond noir monochrome, ce tableau, peint par un des élèves de Léonard (encore lui!), devient ainsi pour les experts la plus vieille copie de la cèlèbre Joconde, exposée au Louvre. Elle aurait été peinte pratiquement au même moment que la version de De Vinci, avec des modifications similaires. Le 19:30 de la RTS un a consacré un reportage à son sujet dans son édition du 26 mars, qui met justement en avant les nombreuses ressemblances entre les deux tableaux.

Le Cri de Munch dans votre salon, ça vous tente?

Ça tombe bien, une des 4 versions du célèbre tableau du peintre norvégien sera mise aux enchère à New York le 2 mai prochain. Cette version, datée de 1895, est la seule encore possédée par un particulier. Elle devrait atteindre les 80 millions de dollars, comme l’écrit le journal Le Monde. L’article cite également le passage du journal de Munch dans lequel celui-ci décrit la scène qui lui servit d’inspiration:

“Je me promenais sur un sentier avec deux amis. Le soleil se couchait. Tout à coup, le ciel est devenu rouge sang. Je me suis arrêté, épuisé me suis appuyé sur une clôture, il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville. Mes amis ont continué, et je suis resté là, tremblant de peur. J’ai senti un cri infini qui passait à travers l’univers.”

Munch, Le Cri, 1895

Tagged , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: